La Grande Guerre en chansons

 

Les chansons de la Première Guerre mondiale résonnent comme des chroniques d’une inestimable valeur historique. Entre cocarde et révolte, humanisme  et propagande, désespoir et liesse populaire, elles se répondent les unes aux autres pour témoigner des différents actes du conflit. Œuvre de professionnels ou vers de mirliton, grandiloquente, poignante, mélodramatique ou triviale, chacune d’elles écrit, à sa manière, sa page d’histoire, petite ou grande.

S’appuyant sur l’écoute d’une dizaine d’enregistrements et d’abondantes  citations, cette conférence s’attache à montrer les différents visages de la chanson et la diversité des rôles qu'elle a pu jouer à l'époque. Elle se nourrit de nombreux témoignages de combattants (carnets de guerre, correspondance, récits) célèbres ou anonymes, qui la rendent particulièrement vivante et attrayante.


Synopsis

A Propos de la tonalité de cette conférence

 

Avant que vous ne parcouriez ces lignes, je tiens à préciser  que le ton de cette conférence est loin d'être toujours grave ou compassé. L'humour y trouve aussi largement son compte, à travers des extraits de chansons, lus ou chantés par le conférencier. Que le public, bien souvent, n'hésite pas à reprendre à l'unisson !

 

Je ne rechigne pas non plus à émailler le récit d'anecdotes drôles ou savoureuses, qui ont le mérite de réveiller l'attention des spectateurs et de détendre l'atmosphère entre deux moments plus dramatiques.


La chanson revancharde

Après la défaite de Sedan et l'énorme traumatisme que représentait la perte de l'Alsace-Lorraine, ce répertoire, outrageusement belliciste et xénophobe a connu un énorme engouement populaire au café-concert. Ce répertoire revanchard, qui commençait à tomber en désuétude, sera remis au goût du jour dès le début du conflit.
 
De la haine à la compassion

Lorsque la guerre éclate, elle apparaît, pour beaucoup, comme l'occasion de prendre enfin cette fameuse « Revanche » sur un peuple dépeint, dans un nombre considérable de chansons comme barbare et assoiffé de sang. Notons que lorsque le conflit semble devoir s’inscrire dans la durée, beaucoup d’auteurs nuancent quelque peu le propos, la compassion pour les victimes primant sur l’exhortation à la haine.

Des chansonniers dans la Grande Guerre

Nous évoquerons trois d’entre eux : Montéhus, Maurice Doublier et Théodore Botrel. Le premier fait partie de ces intellectuels pacifistes, marqués à gauche, s’étant rallié à « l’Union sacrée » prônée par Poincaré. Il mit, provisoirement, de côté ses idéaux en écrivant bon nombre de chansons d’une tonalité nettement cocardière. Journaliste dans le civil, Maurice Doublier écrivit des chansons à l’humour incisif, reprises en chœur pas ses camarades d’infortune. Auteur de l’inoubliable « Paimpolaise », Théodore Botrel, nationaliste grand teint se distingua, quant à lui, avec des chansons va-t-en-guerre et racoleuses à souhait, pour de pas dire nauséabondes.

Quand Madelon

Chanson emblématique de la Grande Guerre. Créée au mois de mars 1914, cette chanson laissa de marbre un public majoritairement civil et n’eut aucun succès. Chantée devant les poilus, elle fit un triomphe et se propagea comme une trainée de poudre de régiment en régiment. Chanson de marche entrainante et joyeuse, ce qu’elle nous raconte est, toutefois, beaucoup moins gai qu’il n’y parait puisqu’elle aborde, en définitive, le thème de la misère affective et sexuelle du combattant.

Les chansons de tranchées
 
Des milliers de chansons, œuvres d’amateur pour la plupart, écrites sur des airs connus de tous pour être facilement chantées en chœur, dépeignent, souvent avec une bonne dose de dérision, la vie quotidienne des poilus. Nombre de sujets sont abordés : le pinard, la « bectance », les poux… Mais aussi le mal du pays et les mères, marraines de guerre, épouses, fiancées qui, à l’arrière, pensent à eux. Des chansons de tranchées, comiques ou poignantes, qui constituent un fonds d’archives à même de nous éclairer sur la condition des soldats du front.
 
Chansons « contre »
 
Dès les premières batailles, commencent à circuler, sous le manteau, des chansons résolument hostiles à l’autorité militaire, à la guerre, et, surtout, aux conditions inhumaines dans lesquelles elle est pratiquée. Parmi elles, La chanson de Craonne  reste un élément central dans la mémoire de la Première Guerre mondiale. Création collective anonyme, elle connut les foudres de la censure bien au-delà de l’armistice. Elle fit pour la première fois l’objet d’un enregistrement sur disque en 1963.
 
La Victoire en chantant 

Entre euphorie et amertume, le thème de la victoire a été très abondamment chanté et ce depuis le début du conflit. Dès l’armistice, quantité de refrains triomphalistes vont éclore sur les scènes des cafés-concerts et se propager dans les rues. On notera que le poilu y occupe une place de choix, devançant largement les grandes figures du commandement. Beaucoup plus tard, Georges Brassens, Barbara, Léo Ferré, Jacques Brel, Maxime Le Forestier ou Juliette reviendront, en poésie, sur cet épisode terrible de notre histoire.


Les chansons diffusées au cours de la conférence

 

Jules Wolf - Cocorico
Paroles Bertal et Louis Maubon, musique Daniderff.

 

Christ’Yan - La prière des ruines
Paroles Roland Gaël, musique René de Buxeuil.

Bach - Quand Madelon
Paroles Louis Bousquet, musique Camille Robert.

 

Jane Pierly - La roulante
Paroles anonymes, musique Lucien Boyer.

Marc Ogeret - La Butte rouge
Paroles Gaston Montéhus, musique Georges Krier.

Le conférencier (avec la participation du public).

Les poilus de mon escouade
Paroles Maurice Doublier, sur l’air de Cadet Rousselle.

 

Monsieur Courteix - Le permissionnaire du front
Anonyme.

Serge Utgé-Royo - La chanson de Craonne
Musique Charles Sablon, paroles anonymes.

Léo Ferré -Tu n’en reviendras pas
Paroles Louis Aragon, musique Léo Ferré

 

N'hésitez surtout pas à inviter une chorale de votre région à venir  interpréter une ou plusieurs de ces chansons sur scène. Convivialité, implication de votre public et bonne humeur garantis !

 



Ces chansons sont diffusées sous forme de montages audiovisuels réalisés à partir de documents d'époque. Pour les chansons enregistrées il y a un siècle, ou presque, dans des conditions techniques qui ne sont pas celles d'aujourd'hui (mais cela laisse tout de même rêveur !) et bien que la diction des interprètes soit exemplaire, j'ai pris le parti d'ajouter des sous-titres au bas de l'écran, afin de permettre à chacun de bien saisir les paroles.
 

Modalités

Je me déplace, sur demande, partout en France et au-delà. Vous assurez la promotion de la manifestation auprès de votre public. Je m’engage par contrat à assurer la prestation au jour et à l’heure dite. Vous fournissez le cadre (salle de spectacle, amphithéâtre, lieu de mémoire…), ainsi qu’une sonorisation appropriée au lieu et à sa jauge. Eventuellement, nous examinons ensemble la possibilité d’adapter cette conférence à votre agenda culturel ou à la dimension historique du secteur dans lequel se déroulera la conférence.
 
DURÉE

Cette conférence dure habituellement 1h30. Cette durée pouvant être modulée, en fonction du contexte, dans une fourchette de 60 à 120 minutes. Variable à prendre éventuellement en compte : le nombre de questions posées par le public à l'issue de la conférence.

FICHE TECHNIQUE

 
        ✔ Une sonorisation adaptée à la jauge de la salle.

        ✔ Un vidéoprojecteur.

       ✔ Un ordinateur, si possible équipé d'un lecteur « VLC ». Je viens avec des fichiers « AVI » sur une clé USB. Pour    plus de sécurité, je peux vous les faire parvenir au préalable, afin que vous soyez à même de les tester sur votre matériel (ne soyez pas effrayés par ces termes techniques, c'est beaucoup plus simple qu'il n'y parait).

 

       ✔ Remarque : pour un auditoire restreint, un téléviseur grand écran muni d'un port USB peut parfaitement faire l'affaire.

       ✔ Un micro au-delà de trente spectateurs.

       ✔ Un pupitre de hauteur réglable.

 
TARIF

Il sera négocié au gré à gré en amont de ma prestation. Je tiendrai compte de votre pratique en la matière et des moyens dont vous disposez. N’hésitez pas à me consulter à ce sujet.
 
FRAIS

Les déplacements hors Ile de France sont à la charge de l’organisateur (SNCF seconde classe, au départ de Paris). De même que, le cas échéant, l’hébergement et la nourriture.
 
VARIANTE POSSIBLE

Tout ou partie du programme peut être interprété par une chorale de votre région, une bonne façon d'impliquer votre public dans la préparation de cet évènement.
 
ANIMATIONS SCOLAIRES
 
Adaptées à l'âge du public concerné. Présence requise d'un enseignant, sensibilisation en amont souhaitable.


Vidéos

Trois des vidéos diffusées au cours de la conférence


L'exposition

Cette exposition a été conçue et réalisée en partenariat avec l'association Chant'Morin, basée dans la Marne, c'est elle qui en assurera le volet logistique si vous souhaitez la louer.

 

La bande son de votre expo vous est offerte ! Elle vous sera fournie sur clé USB. Elle est également disponible en ligne.

 

Cette exposition comprend onze panneaux de format 80 cm x 120 cm, cadre aluminium noir, documents disposés sur carton fort gris sous plexiglas. Elle regroupe plus de 200 documents, très rares pour certains (petits formats, photos, manuscrits, affiches, cartes postales, journaux de tranchées…).

Tout public, d’installation aisée, cette exposition est particulièrement adaptées aux bibliothèques, médiathèques, comités d’entreprises… Elles complètera parfaitement vos programmations et vos événements tels que conférences, festivals, spectacles, rencontres, débats, tables rondes, concerts…

Cette expositions est disponible, sur réservation, tout au long de l’année. Un contrat de location sera établi avec la structure d’accueil.
 


Avant 1914 : quatre décennies de chansons "revanchardes". La haine et la xénophobie au diapason de la rancœur.

Conjurer l'épouvante de la mitraille... Et si les armes n'étaient que les beaux "joujoux" d'une victoire certaine ?

Mères, fiancées, épouses, marraines de guerres... Légitimement célébrées par des poètes reconnaissants.

1914 : Il convient d'en découdre au plus vite... Florilège de chansons belliqueuses et manichéennes à souhait.

Le fabuleux destin d'une soubrette prénommée "Madelon", une chanson plus triste qu'il n'y parait.

Révolte et contestation... Quand des hommes refusent d'être envoyés, purement et simplement, à l'abattoir.

Glorification des poilus. Chansons écrites par eux-même dans la tranchée. Une anthologie tragicomique.

Comment la chanson atteignait-elle le cœur du public avant la radio, la télé ou internet ? Des réponses en images.

Première et seconde victoire de la Marne. Une chansons de geste à la hauteur des enjeux. Des chansons pour en attester.


L'expo, mode d'emploi

 

Tout public, d’installation aisée, ces expositions sont particulièrement adaptées aux bibliothèques, médiathèques, comité d’entreprises... Elles enrichiront des évènements tels que festivals, spectacles, rencontres, débats, tables rondes, concerts… Elles sont disponibles sur réservation, tout au long de l’année. Un contrat de location est établi avec la structure d’accueil.

Présentation

Documents : pochettes de disques, photos, manuscrits, affiches, petits formats… Originaux ou reproductions couleur. Panneaux : cadre aluminium noir, documents disposés sur carton fort gris sous plexiglas. Dimension 80 x 120.
 
Assurance
 
Obligatoire et souscrite par le locataire contre les dégradations des supports et vol des documents.

Livraisons

Transport assuré par Chant’Morin Sur le département de la Marne : gratuit sur un rayon de 30 kms autour de Montmirail. Au-delà, un forfait de 40 € sera facturé pour la livraison aller et retour. Pour les départements limitrophes de la Marne et la région parisienne : Un forfait de 60 € sera facturé pour la livraison aller et retour.
Au-delà, un devis sera effectué.

Les visites guidées

Jacques Perciot vous fait visiter le domaine !... Homme de radio, journaliste, écrivain, biographe de nombreux chanteurs, conteur invétéré, il se plait à faire partager sa passion pour la chanson… Chaque panneau donne lieu à des commentaires vivants, truffés d’anecdotes, d’humour, de poil à gratter et, parfois, d’un zeste de nostalgie.

Tarifs

Nous consulter avant réalisation d'un devis.


Voir ci-dessous une sélection d'images en grand format...

 

 

 

 

 

4, chemin de la Forge 51 220 Bergères-sous-Montmirail

chant.morin@wanadoo.fr

06 80 43 66 52